Dans la vie, il y a les amateurs de chocolat qu’on peut trouver un peu partout, y compris dans les grandes surfaces, et puis il y a les autres. Dans le Quartier des Arts, cachée entre le coffee shop du Brun Noir et l’épicerie basque du Xerri Chéri, se cache Ma Petite Chocolaterie. Quand je dis « MA », rassurez-vous, ce n’est que le nom, je n’ai pas lancé la mienne ! Son aventure a réellement débuté en février 2017, mais celle de Clément, l’artisan, bien avant.

J’ai souvenir que dans mon enfance, ma mère m’avait un jour emmené découvrir une chocolaterie artisanale. J’avais adoré découvrir le parcours des fèves jusqu’à notre bouche, et voir comment le chocolat était fait. Depuis, j’avais un peu abandonné l’idée de goûter quelque chose de vraiment artisanal.

Ma Petite Chocolaterie quartier des arts Toulon

Avant tout un atelier artisanal

Ma Petite Chocolaterie, c’est avant toute chose un atelier artisanal : « En fait, je suis un atelier qui accueille son public sur son lieu de production » m’explique Clément DUDRAGNE, son fondateur et artisan chocolatier. Et en plus de la qualité de ses produits, c’est sûrement aussi ce qui fait la clé du succès de Ma Petite Chocolaterie : une production entièrement réalisée sur place. D’ailleurs, Clément me le confirme : « Ce qui m’émerveille à Noël ou à Pâques, c’est de voir les yeux des gens pétiller quand ils voient les chocolats sortir »

Ma Petite Chocolaterie quartier des arts Toulon

 

La nécessité d’avoir une boutique couplé à un espace de consommation est aussi liée à la saisonnalité, dont dépend la chocolaterie. Elle veut pouvoir proposer du chocolat en toutes saisons, été comme hiver. Ses clients en profitent ainsi sur place ou à emporter. Avec l’arrivée des beaux jours, la jolie terrasse est un bon moyen pour faire découvrir la chocolaterie aux clients. D’ailleurs, pour l’été, Clément vient de sortir sa machine à sorbets chocolat… je vous laisse imaginer.

 

Ma Petite Chocolaterie Place de l'Equerre Toulon

Comme vu plus haut, Clément est un perfectionniste, et il l’assume. Il m’affirme que 50% de son investissement dans la chocolaterie est lié à des détails : des boites/sachets estampillés Ma Petite Chocolaterie, une police d’écriture nommée « Chocolate Box », des éléments de décoration soigneusement choisis, etc. Il m’explique : « Je n’avais jamais été entrepreneur jusqu’à maintenant. Maintenant j’occupe tous les postes : production bien sûr, mais aussi gestion, communication, etc ».

Ma Petite Chocolaterie, un pari d'ados

Alors qu’il est en stage de pâtisserie dans une boutique près de Strasbourg, Clément rencontre un mec qui fait un CAP de boulanger-pâtissier. Ils sympathisent et se découvrent une passion commune : la (bonne) bouffe.

Les deux jeunes hommes ne gagnent pas vraiment leur vie et vivent de petits boulots à droite à gauche. Toutefois, à chaque fois qu’ils réussissent à rassembler un peu d’argent, ils dépensent systématiquement tout dans de grands restaurants étoilés. Imaginez un peu la scène : deux jeunes ados même pas majeurs, débarquant en jogging, avec une voiture façon Citroën AX, dans les meilleures tables de la région. « La classe de ces établissement, c’est qu’ils savaient que nous étions des pouilleux mais nous accueillaient pareil que les riches » m’explique Clément, plein de nostalgie. Il ne manquera pas de me dire qu’il roule d’ailleurs toujours en AX aujourd’hui !

Ma Petite Chocolaterie Place de l'Equerre Toulon

C’est justement à la suite d’une de ces soirées que Clément et son nouvel ami font un pari un peu fou à 17 et 18 ans : « On a convenu que moi, je ferai du bon chocolat, et lui du bon pain ». Aujourd’hui, Julien KIMMENAUER (ce fameux mec) fourni des chefs étoilés en Alsace, dispose de 3 points de vente et voit débarquer chez lui des gens qui font plus de 150 kilomètres pour venir assouvir leurs envies de bon pain. Clément, lui, a ouvert son atelier et sa chocolaterie : Ma Petite Chocolaterie« Je voulais me retrouver à l’Elysée, j’ai fini à Toulon » en rigole aujourd’hui Clément. Et il ne regrette pas son choix ! 

Cho-cho-cho chocolats

Ma Petite Chocolaterie a un principe simple : travailler exclusivement le chocolat fraîchement, en flux direct et tendu. Autrement dit, Clément n’a pas de lieu de stockage mis à part sa boutique, ce qui fait qu’il prépare le chocolat presque « à la demande ». 

Mais au fait, d’où lui vient cette passion ? Lorsqu’il était en stage dans une pâtisserie, il s’est découvert une passion pour le chocolat : les changements de matières, de températures, etc. Ce qu’il adore tout particulièrement avec le chocolat, c’est de passer de l’état liquide à solide juste de par la température changeante.

 

Après un an d’activité, Clément me l’affirme : « Ce qui marche le mieux aujourd’hui, ce sont les tablettes de chocolat ». Et quand il me parle de ça, il ne me parle pas d’abdos. Il faut dire que notre chocolatier propose désormais pas moins de 42 références de tablettes différentes. Parmi elles, on compte 20 tablettes de chocolats noirs différents (grands crus du terroir, grands millésimes…).

En discutant avec lui, je me suis rendu compte qu’en fait les boutiques de chocolats ne brassaient que 4% des consommateurs de chocolat en France. Vous imaginez un peu comme c’est faible ? La raison est simple : la plupart des Français font leurs courses chocolatées dans les grandes surfaces. Clément ne peste pas contre ces clients (qui n’en a pas déjà acheté là-bas ?) « S’ils veulent du chocolat classique, ils peuvent y aller. Dès le moment où ils veulent du vrai chocolat, du bon et de l’artisanal, ils viennent chez moi ».

Des chocolats artisanaux canons !

Cambrai a ses Bêtises, Lyon a ses Bouchons. A Toulon, sans mauvais jeu de mot, c’est le pompon ! Un élément déjà déposé et qui ne peut être réutilisé.

Un jour de décembre, la Galerie du Canon, située à quelques mètres, débarque et réclame à Clément un cadeau original qu’elle pourrait offrir pour les voeux de fin d’année. Comme à son habitude, le chocolatier veut le cadeau parfait et se creuse la tête. Il trouve un papy, au fin fond de la France, qui fait des moules pour toute la planète. Chance ou hasard, il accepte de prendre Clément dans son carnet de commandes. Ma Petite Chocolaterie est désormais en mesure de proposer des chocolats en forme de canons.

Ma Petite Chocolaterie Place de l’Equerre Toulon

Clément ne compte pas s’arrêter là : il veut prochainement sortir des cabines du téléphérique en chocolat. Il a d’ailleurs déjà réussi à obtenir les plans des cabines il y a quelques temps. « A 40 ans, je voulais absolument changer de vie. C’est chose faite » me résume-t-il.

Informations pratiques

La chocolaterie est ouverte tous les jours, du mardi au samedi inclus, de 10h00 à 19h30. Vous serez accueillis par Clément en personne, ou par sa charmante vendeuse, Margo. 

Je vous recommande chaudement de vous installer à sa terrasse installée sur la (petite) Place de l’Equerre (à quelques mètres de la Rue des Arts). Le quartier est calme, sans circulation et agréable. Si vous y passez ou si vous vous y posez, pensez à dire à Clément que vous venez de la part de Quentin (ou LEVAROIS)

Ma Petite Chocolaterie

  • Pensez à dire à Clément que vous venez de ma part pour qu'il vous gâte !
  • 16 rue de l'Équerre
    83000 TOULON
  • 06 21 17 33 11
  • Facebook
  • Instagram
X