Envie de boire une bonne bière dans le Var ?

Je veux voir la liste des meilleurs bars à bière !

 

 

 

 

 

Après avoir été vigneron durant une dizaine d’années, fabriqué du pastis ou encore de la vodka, Thomas CATERON n’a pas voulu s’arrêter là. Alors qu’il y pense depuis 2008, il se lance dans la bière locale avec les premiers brassins commerciaux en 2013 : La Trop’. Son objectif est de faire une bière pas trop alcoolisée, locale, et qui reste dans l’ambiance provençale. Un an plus tard, il conforte et améliore sa recette : « Nous voulions nous différencier avec la recette rosée, c’est la première que nous ayons sortie » déclare-t-il.

 

La Trop' bière locale

 

Leur gamme comporte également une bière blanche, plus traditionnelle et sur laquelle les notes d’agrumes ont été quelques peu accentués; ainsi qu’une bière ambrée, fabriquée selon une recette trouvée dans de vieux textes de Draguignan, qui préconisent de mélanger la bière avec des farines.

 

Mais l’esprit de création de l’équipe ne s’arrête pas là : « Cette année on a lancé 2 blondes, une de dégustation qui est un peu épicée (échange d’arômes et d’amertumes, avec un équilibre d’alcool) et une autre plus accessible uniquement en fût. C’est un angle qu’on a voulu prendre sur ce marché. On n’est pas sur du fût traditionnel en aluminium, mais sur une version « ball in box », c’est à dire une poche sous pression pour mettre la bière ». Ce format a plusieurs avantages, notamment pour les restaurateurs qui ont des soucis d’espace de stockage. L’extérieur est en carton de marque kickegg. La double enveloppe armée à l’intérieur permet de contenir la pression. Sa durée de vie est supérieure, donc idéale pour les établissements qui ont des petits débits.

 

Un déménagement

Jusqu’à présent installés sur Saint-Tropez, la Trop’ est désormais hyéroise, pour limiter le coût du loyer avec la nécessité de trouver un local plus grand, et trouver un lieu un peu moins saisonnier. « On est un peu plus dans le cœur du Var à Hyères. On ne sait pas encore si on pourra faire une ouverture au public rapidement et la saison approche très vite. Transfère-t-on le matériel maintenant ou après la saison ? C’est la question qui se pose… ». Vous pouvez dès à présent la retrouver dans la Zone Industrielle Saint Martin, à Hyère.

 

La Trop' bière locale

 

Un tour du monde 

En attendant, la Trop s’exporte également très bien en Belgique, en Espagne et au Québec, et commence à faire son bout de chemin vers New York : « Nous sommes multicanaux : on essaie d’être au maximum visible chez des cavistes, dans le Var mais également sur Paris, présents dans des restaurants, et aussi en grande distribution dans des petits magasins (comme par exemple Monoprix) mais également chez Carrefour, Casino… On a une stratégie commerciale qui n’est pas forcément traditionnelle pour une micro-brasserie. » nous explique Thomas. Selon lui, les brasseurs commencent d’abord par aller voir les bistrots du quartier et se développent au fur et à mesure. La Trop a choisi d’exporter la Provence là où les rosés de Provence sont capables de s’exporter afin de sortir rapidement du département et de la région. La vente de la bière est bien sûr aussi assurée sur place, au caveau.

 

Une stratégie un peu lourde à mettre en place au démarrage, mais qui semble fonctionner rapidement : « Avec les 5 recettes qu’on a, on a de quoi voir venir pas mal d’années. On fera probablement des recettes saisonnières, notamment avec le raisin, ou encore avec de la figue de Solliès-Pont. On essaiera aussi d’accompagner la période des fêtes de Noël. Bref, on cherche à avoir une offre toute l’année. » conclue le brasseur.

 

La Trop' bière locale

 

* L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération