Le Petit Biscuitier : biscuits artisanaux et confiseries confectionnés à Toulon

Biscuits salés, biscuits sucrés, confiseries… le tout fait maison et à Toulon. Vous commencez déjà à saliver ? Si vous faites régime et que vous êtes du genre gourmand, le mieux est d’arrêter ici la lecture de cet article. Chez Romain, alias Le Petit Biscuitier, tout est fait sur place avec des ingrédients de qualité. Le jeune patron, que dis-je, l’artisan du goût, a ouvert son commerce à Toulon en mars 2017 et ne cesse depuis de se diversifier en ne gardant qu’un seul mot d’ordre : la qualité. 

Avant ça, ce Toulonnais d’origine a parcouru le monde pour véritablement apprendre les rudiments du métier et se former. Mais que s’est-il passé entre le moment où il était encore sur les bancs de l’école et mars 2017 ? Affûtez vos papilles, je vous fais découvrir une petite pépite.

Une biscuiterie artisanale, des biscuits salés et sucrés

Ce qui différencie Le Petit Biscuitier de pas mal de ses concurrents n’est pas un secret, c’est juste comparable à une recette. Prenez tout d’abord des bons ingrédients de base, appliquez énormément de travail, mettez-y une bonne touche d’exigence et en mélangeant tout ça vous obtiendrez la meilleure des qualités.

Son objectif, certes ambitieux, est d’avoir un produit dans lequel lui-même s’éclate en termes de préparation, et que les clients puissent s’y retrouver en termes de gourmandise et de goût. Ici, on veut faire des bonnes choses, et des choses bonnes.

Parmi ses nombreuses recettes sucrées, Romain en a imaginé quelques-unes insolites.

Savez-vous ce qu’est un « Ker Moco » ? Il s’agit d’un Breton vivant à Toulon, ou d’un Toulonnais d’origine Bretonne. Chez Romain, il s’agit de biscuits entre Bretagne et Var : des biscuits à base de pâte sablé blé noir, et confits de figue de Solliès. Un délice.

Plus local encore, le Pointu d’Aqui, des sablés aux amandes, à la crème de marron de Collobrières, avec un macaron aux amandes posé délicatement sur le dessus. Difficile d’y résister. Je peux aussi vous citer les Amaretti (des petits nuages aux amandes), les croissants aux pignons, les madeleines au citron, les meringues… 

Il y a 25 ans, je n'aurais jamais imaginé ouvrir un commerce dans un quartier qui s'appelait Le Chicago.

Romain, gérant chez Le Petit Biscuitier

Je vous vois venir et j’entends déjà certains râler : « Moi je suis plus salé que sucré, en fait il fait que du sucré, bla-bla-bla ». Ben non, il fait aussi du salé, et il le fait même très bien, il faut juste être patient. D’ailleurs, il développe de plus en plus des biscuits salés sans gluten

Parmi ses best-sellers, on peut par exemple citer ses biscuits au parmesan tapenade, ceux au pesto rosso, ses gressins à l’anchoïade, ou encore ses crackers farigoulette, au thym de la garrigue. 

Juste avant le 1er confinement, Romain s’était envolé pour le Mexique, et était revenu à Toulon avec l’idée en tête de faire partager son voyage à ses clients. C’est ainsi qu’est né le Jalapeño, un biscuit au fromage soufflé et au piment mexicain qui, dixit Le Petit Biscuitier : « arrache« .

Des confiseries et une épicerie fine remplie de produits locaux

En dehors des biscuits, Le Petit Biscuitier fabrique également d’autres produits très gourmands. Par exemple, les pâtes de fruit maison. Elles ont la particularité d’être « plein fruit made in France » ! 

Vous n’êtes pas rassasiés ? Fondez pour les guimauves maison, à la fleur d’oranger, à la rose, aux fruits de la passion… Ou encore, les Calironds : une invention maison, il s’agit de calissons à la figue de Solliès, une création unique !

Je passe sur les cakes citron et chocolat, ou même les pains d’épice de Noël qui s’apprêtent à faire leur grand retour durant les prochaines semaines.

En dehors de ses productions faites sur place, Le Petit Biscuitier, c’est aussi une épicerie fine : « La bouffe c’est un peu ma vie » en rigole Romain.

Il trouvait que les produits locaux n’étaient de manière générale pas assez mis en avant. « Si vous allez au pays Basque, ils sont fiers de leur piment d’Espelette, il est présent absolument partout. Dans le Var, on a beaucoup de savoir-faire mais souvent isolés, chacun travaille un peu dans son coin » me détaille-t-il. Et il n’a pas tellement tort.

Il s’est donc lancé dans une sélection de produits locaux de qualité, qu’il propose à la vente en boutique. On peut par exemple y trouver des tartinables aux légumes de la Vallée du Gapeau, des pâtés, verrines de canard de Carcès, des bières, du thé, vins, confitures, tapenades, etc. En bref, de quoi se régaler !

Une dernière facette du travail de Romain m’a particulièrement accroché et je tenais à en parler : il fait tout pour éviter les pertes et le gaspillage alimentaire. Lui qui a travaillé pour des grands chefs et comme responsable de production de plusieurs boutiques a été estomaqué de voir tout ce qui pouvait être jeté. Il s’est promis de ne jamais reproduire ce même schéma dans son entreprise, et on ne peut que l’en féliciter. Parmi ses références, il a par exemple été chef pâtissier chez Passedat à Marseille l’année des 3 Macarons Michelin.

Et si, finalement, le secret du Petit Biscuitier tenait à ses fournisseurs ? La farine vient des Hautes Alpes (sans additifs, blé français), ses œufs de Puget Ville (plein air), sa crème de marron de Collobrières, ses figues de Solliès… encore une fois, Romain est dans la valorisation des produits locaux.

Le Petit Biscuitier travaille surtout avec des fournisseurs français

Pour revenir un peu sur Romain, il est Toulonnais d’origine et a passé toute sa jeunesse en centre-ville. À peine son diplôme d’apprenti pâtissier-glacier-confiseur-chocolatier-traiteur en poche, il prend la décision de quitter Toulon. Non pas que la ville lui déplaise, mais il a envie de passer du temps à l’étranger, pour véritablement apprendre son métier sous toutes ses formes et voir comment ça se passe ailleurs.

Toutefois, il l’avoue, il y a 25 ans, il n’aurait jamais imaginé qu’il ouvrirait un commerce dans le quartier qui s’appelait à l’époque « Le Chicago ». En plus de faire ses armes à l’étranger, c’est finalement là-bas qu’il prend du recul et réalise tout l’intérêt de vivre à Toulon, entre mer et montagne.

Ses amis et sa famille sont ici, il voit la ville s’améliorer à chaque fois qu’il y revient en vacances, et prend finalement la décision de revenir y vivre, en cherchant en parallèle un local pour y ouvrir sa propre affaire. 

Puis, le déclic : il rencontre Jacques Mikaelian, le « Papa de la Rue des Arts », qui lui parle de son projet de réhabiliter le quartier. Romain adhère à ses idées et au fait de participer au renouvellement du centre-ville.

Des partenaires locaux, et désormais de la vente en ligne

Au départ, Le Petit Biscuitier c’était dans la Rue des Arts, et uniquement dans la Rue des Arts. Sauf que la réalité a rapidement rattrapé Romain : des clients qui possèdent une résidence secondaire dans le coin ont commencé à lui demander de leur envoyer ses biscuits un peu partout en France. Mais bon… c’était quelque chose de très sommaire et un peu bancal : « Ils m’envoyaient souvent du cash par La Poste, et il a fallu que je réfléchisse à un moyen plus construit d’organiser ça ». 

Comme beaucoup d’entreprises, le 1er confinement lié au COVID va pousser Romain dans ses retranchements, et va l’inciter à être plus connecté. Il se met à organiser des commandes sur Facebook et Instagram qui trouvent rapidement leur public. Dans chacune d’elle, Il ne manque pas d’y placer un petit mot personnalisé à chaque fois.

Confiseries, guimauves, pâtes de fruits, coffrets cadeaux métalliques… tous les produits en sachet et qui supportent le transport sont désormais proposés sur la nouvelle boutique en ligne. Histoire d’alléger la facture, mais pas le colis, Le Petit Biscuitier prend en charge 30% des frais de transport.

Actuellement, Romain emploie 2 vendeuses, ainsi qu’un apprenti, pour l’aider dans son activité et pour lui prêter main forte dans la confection de ses douceurs sucrées et salées.

Le Petit Biscuitier séduit également les professionnels : restaurants, cafés, épiceries fines, hôtels… Il travaille aussi un peu sur la partie traiteur avec les galeries de la Rue des Arts, mais aussi dans d’autres villes. 

Infos pratiques pour découvrir Le Petit Biscuitier dans la Rue des Arts

J’espère vous avoir fait saliver avec cet article ? La boutique rue Pierre Semard à Toulon est ouverte du mardi au samedi de 10h00 à 19h00. Pour les fêtes, elle ouvre également exceptionnellement le weekend avant Noël, le dimanche et le lundi. 

Et si vous avez la flemme de vous déplacer, rendez-vous sur la boutique en ligne pour commander chez Le Petit Biscuitier. Elle vous permet aussi d’avoir un aperçu des prix, même si tous les produits vendus en magasin ne sont pas en ligne.

Pour les plus gourmands d’entre vous, je vous recommande également de passer faire un coucou dans le quartier à Clément et ses merveilleux chocolats artisanaux, ou à Fabrice et ses Bubble Tea

Le Petit Biscuitier

Logo France Relance
4.8/5 - (9 votes)